REVIVAL POUR M. POCHE

Couverture M. POCHE

La nouvelle maison d’édition Revival animée par Vincent Bernière, repreneur des Cahiers de la BD, s’est fixée pour objectif de promouvoir de nouveaux talents mais aussi, comme son nom l’indique, de faire (re)découvrir des œuvres du patrimoine de la bande dessinée plus ou moins tombées dans l’oubli.

Alain Saint-Ogan, l’un des pionniers français de la ligne claire, est le premier à bénéficier d’une réédition sous la bannière Revival avec la publication d’un gros recueil des gags de M. Poche, personnage créé en 1934, qui n’avait pas fait l’objet d’albums depuis l’avant-guerre.

Réédition n’est pas forcément le terme à privilégier  dans la mesure où 37 gags demeurés inédits en albums sont pour la première fois édités.

Après une préface signée Julien Baudry permettant de remettre M. Poche dans son contexte historique et éditorial mais aussi dans  le parcours artistique de son créateur, largement plus connu pour ses personnages de Zig et Puce (et Alfred), le lecteur pourra au total découvrir 157 gags en une planche de cet étrange héros.

Même si l’humour déployé par Saint-Ogan est parfois un peu daté, on prend un réel plaisir à suivre M. Poche dans ses mésaventures de bourgeois tout à la fois suffisant, maladroit, casse-pieds, pingre, arrogant… qu’il soit seul ou accompagné du kangourou Salsifi et des jeunes enfants Ratafia et Kiti.

Par son côté gaffeur, on peut voir dans M. Poche une préfiguration du Gaston de Franquin. Par sa suffisance affichée, son côté enquiquineur et pique-assiette, sa double personnalité de fanfaron et de poltron, on aussi y trouver un avant-goût du Séraphin Lampion de Hergé. Par sa propension à d’interminables monologues et surtout par son apparence rondouillarde, on ne peut manquer de faire le rapprochement avec l’Achille Talon de Greg, ce que ce dernier, ami de Saint-Ogan, reconnaît d’ailleurs bien volontiers dans un texte utilement publié en postface.

Plus près de nous, on peut y voir un modèle du Blotch de Blutch ou du Wimbledon Green de Seth. L’auteur canadien revendique d’ailleurs ouvertement l’influence de Saint-Ogan sur son approche de la bande dessinée en faisant ouvertement mention de M. Poche dans son petit livre Forty cartoon books of interest publié aux éditions Buenaventura Press et dont nous publions l’extrait ci-dessous.

Seth forty cartoon books of interest

Seth Monsieur Poche

Saluons les éditions Revival pour cette excellente initiative éditoriale. En espérant que bien d’autres héros du passé de la bande dessinée puissent prochainement revivre de la même façon et découvrir de nouveaux lecteurs.

Plus d’infos sur la page Facebook de Revival.

UN FILM DOCUMENTAIRE SUR CHALAND

Enigme Chaland

Plus de vingt après sa disparition, signe de l’impact encore très fort de ses créations, Yves Chaland est le sujet d’un documentaire de 86 minutes.

Il sera présenté en avant-première, en présence de son réalisateur, Avril Tembouret, ce samedi 6 octobre, au Cinéma de Nérac, ville du Lot-et-Garonne où le créateur du Jeune Albert a passé sa jeunesse.

Nous ne manquerons pas de relayer sur ces pages les informations qui nous seront apportées sur sa diffusion dans d’autres cadres, sur des chaines TV ou bien en VOD et DVD.

Pour en savoir plus : Novanima Productions , l’un des coproducteurs du documentaire aux côtés de  Girelle Production et Delastre  avec  la participation financière de TV7 Bordeaux, du CNC, de Ciclic-Région Centre-Val de Loire et de la Région Nouvelle-Aquitaine.

 

CHAMPAKA EXPOSE ROCO VARGAS

Expo Roco Vargas Champaka

En ce mois d’octobre, la galerie bruxelloise Champaka organise une exposition-vente consacrée à Roco Vargas, le célèbre héros créé par Daniel Torres.

L’occasion de redécouvrir l’un des plus brillants dessinateur de l’école dite de Valencia et l’une des séries les plus marquantes du mensuel espagnol Cairo qui connut un grand succès avec sa version francophone publiée dans (A SUIVRE), une série bien vivante puisqu’elle continue à occuper périodiquement son auteur même si elle n’est malheureusement plus traduite en France.

Plus d’infos sur www.galeriechampaka.com

RENE PETILLON ET LA LIGNE CLAIRE

Les disparus d'Apostrophes couv
C’est avec tristesse que nous apprenons le décès de René PETILLON.

Nous n’oublions pas qu’il traversa une période très ligne claire dans son dessin avec l’épatant Les disparus d’Apostrophes ! publié en 1982.

Jack Palmer Planche.jpg

Nous vous recommandons tout particulièrement l’analyse que fait Pierre Huard de ce célèbre album dans son ouvrage La parodie dans la bande dessinée franco-belge : critique ou esthétisme (Presses Universitaires du Québec) :

Extrait en ligne